« On va déguster » des infusions : de L’Amante Verte à Eléphant

Depuis que je passe pas mal de temps dans les transports bondés, je me suis prise d’une passion pour les podcasts, en particulier ceux de Radio France. Un de mes petits plaisirs hebdomadaires est d’écouter On va déguster, l’émission gastronomique de France Inter. François-Régis Gaudry y reçoit toutes les semaines des invités tous plus passionnants les uns que les autres.

Adrien Poirier © Adrien Poirier - 2015

Adrien Poirrier © Adrien Poirrier – 2015

Cette semaine, l’émission était consacrée aux herbes aromatiques et infusions. J’y ai découvert Adrien Poirrier, un producteur breton de plantes. En 2010, il crée avec sa femme Claire une ferme en agriculture biologique où il cultive des plantes pour ses mélanges. Pour défendre l’idée que l’infusion est un produit gastronomique, ils créent leur propre marque L’Amante Verte.

Sans arômes ajoutés, leurs infusions sont composées uniquement de plantes, triées manuellement pour n’en conserver que les meilleures parties. L’Amante Verte propose 12 mélanges plus appétissants les uns que les autres sur le site Vert-Tiges (qui font aussi de très chouettes thés). Je ne les ai pas encore goûtés mais je sens que je vais passer une petite commande très rapidement.

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site de L’Amante Verte

cropped-cropped-amante

Toutes les semaines dans On va déguster, Elvira Masson finit l’émission par une chronique où elle décrypte un type de produit. Et ce dimanche, il s’agissait bien évidemment des tisanes, notamment en supermarché.

Les trois tisanes les plus vendues en supermarché restent celles à base de verveine, camomille ou tilleul. Mais cette offre est de plus en plus concurrencée par les mélanges fruités ou à connotation « santé » (les 3 D : digérer, dormir, drainer). La tisane est très consommée par les Français puisqu’un foyer sur deux achète des tisanes. 50% des consommateurs ont plus de 50 ans et 65% sont des femmes.

Même si les plantes composant ces tisanes peuvent venir de partout (il n’y a pas d’obligation d’indication de la provenance), le risque sanitaire est quasi inexistant puisque les contrôles sont très stricts. Cela reste quand même toujours une bonne idée de se tourner vers le bio et même les grandes marques comme Elephant s’y mettent. Si vous vous fournissez chez un herboriste, le bio a moins de sens puisque les mélanges comportent souvent des plantes sauvages qui sont plus difficiles à faire certifier bio (mais c’est cependant possible puisqu’Adrien Poirrier le fait).

Le problème principale avec les tisanes de supermarché vient du séchage et du conditionnement. Les plantes sont séchées de manière super intensive pour des raisons de rentabilité ce qui provoque évidemment une grande perte des principes actifs. De plus, pour que les plantes puissent déployer toutes leurs vertus, il faut utiliser des feuilles les plus entières possibles ce qui n’est absolument pas le cas dans les tisanes de supermarché. C’est le plus souvent de la poudre qu’on retrouve dans les sachets.

On_va_degusterMais le plus étonnant dans cette tisane est que les plantes composant ces tisanes sont passées au rayon gamma. Cela élimine toute bactérie mais aussi la quasi totalité des principes actifs. Et dans les supermarchés, même les tisanes bios passent par là.
Les prix tournent autour de 15 euros le kilo en supermarché. Chez l’herboriste, une tisane peut monter jusqu’à 180 euros le kilo, par exemple pour le très rare nénuphar blanc.

Dernier constat d’Elvira Masson : il n’existe quasiment plus d’herboristes en France. Le diplôme a été supprimé par Pétain en 1941 et jamais rétabli. Aujourd’hui le seul moyen d’être herboriste est d’être formé par quelqu’un qui a eu son diplôme avant cette date. Un jeune ne peut donc pas reprendre l’herboristerie familiale. Aujourd’hui, seuls les pharmaciens ont donc le droit de vendre des plantes et d’en parler avec des allégations thérapeutiques. D’où les noms Nuit Calme ou Digestion Légère de nos tisanes, qui ne sont que des promesses abstraites.

 

Vous avez jusqu’au 26 janvier 2018 pour écouter cette émission sur le site de France Inter mais ça serait dommage d’attendre jusque là !

Enregistrer

Enregistrer

3 comments

  1. Gaëlle says:

    Très belle article avec une belle découverte tisanière 🙂 Je pense que je vais passer une petite commande aussi car elles font bien envie ! Merci en tout cas.

Laisser un commentaire