Pause café

Quand on travaille dans une (toute) petite boîte, on n’a pas beaucoup d’avantages sociaux : pas de CE, pas de Noël d’entreprise avec des jouets en plastique offerts aux enfants, pas de steak haché-haricots verts à 2€ dans un restaurant Sodexo et ne parlons pas des chèques vacances.

Quand on travaille dans une (toute) petite boîte, il n’y a pas de service Ressources Humaines, tout ce fait à l’amiable ce qui est super quand tout se passe bien, beaucoup moins quand tout se passe mal.

Du coup, quand on travaille dans une (toute) petite boîte, le plus important c’est l’humain et le respect des salariés.

Vous allez me dire : qu’est-ce qu’elle a encore à raconter sa vie celle-là ? Et puis c’est quoi le rapport avec le thé d’abord ?

Et bien justement, un des moments très importants dans la vie de bureau, c’est la pause café (ou thé hein bien sûr !) : le moment où l’on échange sur les derniers potins du service, les progrès du petit Kilian ou le divorce de Brad et Angelina. Ce n’est pas moi qui le dit hein, une étude très sérieuse a été menée par l’IFOP en 2014. Pour 81% des employés, la pause café favoriserait l’échange d’idées et l’entraide entre salariés. 67% considèrent également que c’est un bon moyen d’apaiser les tensions. Et 90% des salariés estiment qu’un café de qualité témoigne de l’attention que l’entreprise porte à leur bien-être.

Vous avez vu comme ils ont l'air heureux ces gens à leur pause café ?

Vous avez vu comme ils ont l’air heureux ces salariés ? Je suis sûre qu’ils ont une pause café de qualité (même si leurs tasses ont l’air un poil vides)

Bon il faut croire que mes patrons n’ont rien compris. Avant, nos locaux étaient dans une pépinière (c’est un endroit où plein de start-up sont réunies). On avait donc un distributeur de boissons chaudes où le thé était évidemment imbuvable, mais bon, on avait aussi une bouilloire et une vraie machine à café. Et puis on a déménagé dans des locaux rien pause-cafequ’à nous. Et là rien (à part un vieux frigo plein de moisi et un évier envahi par les fourmis). Après deux semaines de râlage intensif, mes collègues ont enfin réussi à obtenir une machine à café, mais un truc tout pourri, avec des capsules super chères mais même pas Nespresso. Par contre moi, malgré mes demandes répétées, je n’ai pas eu le droit à une bouilloire. Alors que bon, je demandais pas un super truc avec filtre et choix de la température hein, juste une bouilloire toute bête qui coûte 15 balles. Mon patron m’a dit que je n’avais qu’à prendre de l’eau chaude au robinet… Mort de lol ! Surtout que même si j’avais voulu, je n’aurais pas pu, sachant que l’eau chaude de l’évier ne marche pas. Bon tout ça, c’était évidemment dans des bureaux chauffés à 15°C (ou moins) sachant qu’il manquait une pièce dans la chaudière et qu’ils n’ont pas daigné nous acheter des petits radiateurs électriques. Bref. J’ai fini par me faire du thé en prenant de l’eau chaude à la machine à café, mais c’est une eau bien trop chaude et avec un horrible goût de café malgré toute celle que je laisse couler avant de me servir une tasse. J’ai donc vite laissé tomber et tant pis, je ne bois pas de thé la journée.

C’est l’accumulation de petits gestes comme ça qui crée une (très) mauvaise atmosphère de travail. Ce ne sont que des petits riens mais quand l’ambiance est déjà au plus bas (je vous passe les détails qui, eux, n’ont aucun rapport avec le thé)(mais quand même, juste pour vous donner une idée, ça va de la statue de femme à poil à quatre pattes sur le bureau de mon patron aux tickets restaurant à 5€50 donnés un mois et demi après qu’on les ai payés)(oui c’est futile et il y a des choses bien plus graves dans le monde pardon), cela ne fait qu’empirer les choses. Les salariés ne se sentent absolument pas respectés et ont l’impression qu’on se moque d’eux. Et ce n’est pas qu’une question de petite entreprise. J’ai travaillé il y a quelques années dans une toute petite agence de communication. On n’était même pas dix mais des grosses consommatrices de thé. Le patron nous payait toutes les boîtes de thé qu’on pouvait trouver chez Monoprix et des capsules Nespresso pour les autres. Ce n’était pas grand chose mais en fait, c’est tellement important.

travailler-avec-des-cons

Voilà, en fait, je vous raconte tout ça parce que, je l’avoue, j’ai un peu besoin de vider mon sac. Aujourd’hui, c’est en principe mon dernier jour dans cette horrible boîte et j’espère réussir à tourner la page très vite. Je dois quand même les remercier pour une chose : c’est à cause de ce travail ennuyeux dans une atmosphère déplorable que j’ai eu envie d’ouvrir My Cup of Tea !

10 comments

    • sarrousse says:

      Oh bah normalement, dans toutes les boites, il y a une bouilloire et une théière qui traine. Je ne demande pas grand chose 🙂 Merci en tout cas.

  1. Estelle says:

    Les patrons qui ne respectent pas la pause thé, je dis : AU BUCHER !!! À mon ancien boulot, j’ai exigé une bouilloire à température variable et je l’ai eu -même si je n’en ai pas profité longtemps- :p

  2. Fleur says:

    Ouuh pas la joie ! Tu as bien raison de partir et j’espère que ce sera beaucoup mieux pour la suite ! Et je rejoins ton avis, la pause café/thé et vraiment importante !

  3. Lili-One says:

    Vide, vide. Et effectivement, ton patron, c’est une horreur oO en tout cas, je confirme : la pause café/thé, c’est essentiel pour les relations de travail. C’est quand on n’a plus eu le temps de prendre un thé ensemble qu’on a commencé à perdre le lien avec mon ancienne collègue, quand j’y pense…

Laisser un commentaire